L’Interview IMPACT de Félix Edoh Kossi AMENOUNVE, directeur général de la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM)

L’Interview IMPACT de Félix Edoh Kossi AMENOUNVE, directeur général de la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM)

À l’occasion du sommet annuel de L’AFRICA CEO FORUM qui s’est tenu à Abidjan du 13 au 14 juin 2022, Africa Mutandi partage une série d’entretiens autour de l’objectif d’impact des différents acteurs.

Aujourd’hui nous recevons Félix Edoh Kossi AMENOUNVE, Directeur général des Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM).

 

 

1/ Quelle est votre vision de la contribution de la responsabilité sociétale des entreprises à l’atteinte des objectifs de développement durable ?

L’entreprise est une unité qui produit des biens économiques ou propose des services en combinant les facteurs de productions (capital, travail) en vue de leur vente sur un marché. Il n’est donc pas à l’avantage de l’entreprise d’être déconnectée de son environnement, de son contexte social et des différentes problématiques qui y sont liées car la non prise en compte de ces facteurs pourrait accroître les freins à sa dynamique de croissance voire à la pérennisation de ses activités.

Ainsi, il apparaît essentiel pour une entreprise de planifier sa stratégie de telle sorte que sa pérennité se joue sur sa capacité à atteindre des objectifs sociaux, sociétaux et environnementaux tout autant que sur sa performance financière. En s’attelant à cet exercice, l’entreprise contribue inexorablement à l’atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODD), qui, selon la Banque Mondiale, donnent la marche à suivre pour parvenir à un avenir meilleur et plus durable pour tous en répondant aux principaux défis mondiaux, notamment ceux liés à la pauvreté, aux inégalités, au climat, à la dégradation de l’environnement, à la prospérité, à la paix et à la justice.

De façon spécifique, la responsabilité sociétale d’une Bourse est aussi étroitement liée à son implication pour l’essor de la finance durable au regard de l’appétit des investisseurs pour tous les projets intégrant les critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG).

Par ailleurs, lors de la COP 22 qui s’est tenue au Maroc en 2016, les marchés de capitaux africains se sont engagés à prendre leur part dans les réponses à apporter contre le réchauffement de la terre, à travers le financement du secteur public et privé dans les efforts d’atteinte des ODD.

2/ Que mettez-vous en place au niveau de votre organisation pour encourager les entreprises à s’engager en matière de responsabilité sociétale ?

La Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM) est très active en matière de promotion de la responsabilité sociétale des entreprises.

En effet, la BRVM a adhéré à l’initiative SSE – Sustainable Stock Exchange – en 2016. Lancé par le Secrétaire Général de l’Onu Ban Ki-moon en 2009, l’initiative SSE est un projet commun de l’UNCTAD (Conférence des Nations Unies pour le Commerce et le Développement), de l’UNEP (Programme des Nations unies pour l’Environnement), de l’UN PRI (Principes pour l’investissement responsable des Nations Unies) et de l’UN Global Compact (Pacte mondial des Nations Unies). Cette démarche vise à encourager les marchés boursiers à prôner l’investissement durable, la bonne gouvernance et la transparence au niveau des entreprises ou valeurs cotées. Vous noterez que de l’initiative SSE aux valeurs du RSE, il n’y a qu’un petit pas à franchir.

Depuis quelques années, nous menons des actions communautaires en collaboration avec des Organisations locales et œuvrons pour la promotion du leadership féminin.

En outre, le nouveau Règlement Général de la BRVM, publié en début juillet 2022, prévoit, en son article 65, que les sociétés cotées doivent produire les rapports liés à la Responsabilité Sociale et Environnementale (RSE). Au premier trimestre de cette année nous avons également lancé le Code de gouvernance des sociétés cotées.

Par ailleurs, face aux différents enjeux de durabilité qui se sont accrus avec la pandémie de la COVID 19, la BRVM a défini une stratégie visant à susciter, dans l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), le recours aux instruments de la finance durable notamment les obligations vertes, sociales et durables, pour renforcer le financement des différentes économies de l’Union.

3/ Quelles sont les bonnes pratiques et les leviers qui permettraient d’accélérer le développement de la RSE sur le continent ?

De mon point de vue, le développement de la RSE sur le continent pourrait passer par diverses mesures, entre autres :

  • le renforcement de la promotion du concept de RSE sur le continent ;
  • la mise en place de cadres réglementaires pour l’essor de la finance durable dans les différents pays ;
  • la mise en place de politiques volontaristes par les Etats visant à (i) susciter l’adoption de critères ESG dans tous les secteurs d’activités, et (ii) l’instauration d’un système de bonification pour les sociétés respectant lesdits critères.

 

À propos de la BRVM

La Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM) a été créée le 18 décembre 1996 à Cotonou (BÉNIN). Il s’agit d’un marché électronique entièrement intégré avec 8 pays membres d’Afrique de l’Ouest : le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo. En plus des instruments de capitaux propres (actions), la BRVM propose l’émission et le négoce d’instruments de dette (obligations).

La BRVM offre aux investisseurs un environnement de négociation de classe mondiale avec des systèmes de négociation et de règlement/livraison à la pointe de la technologie. La BRVM assure la présidence du comité exécutif de l’Association des bourses de valeurs africaines (ASEA) et est membre du Conseil d’intégration des marchés de capitaux d’Afrique de l’Ouest (WACMIC). Intégrée à l’indice MSCI Frontier Markets depuis novembre 2016, la BRVM a également été admise comme membre à part entière de la WFE depuis le 27 mai 2021.

 

Pour en savoir plus :
ekamenounve@brvm.org
Félix Edoh-Kossi Amenouve
CATEGORIES
TAGS
Partager